La Arponneuse

post-header

Foodporn, un terme qui est apparu sur les réseaux sociaux et qui a fait le buzz ?
Eh bien, oui et non !

Ce mot existe depuis plusieurs années, mais son utilisation a changé avec l’évolution de la société et de la consommation.

Selon «the fork» plateforme créé par trip advisor il s’agirait d’un terme utilisé pour désigner une cuisine riche en calories.
C’est ensuite devenu un concept marketing utilisé dans le monde entier.


Un hashtag très utilisé lorsque des personnes partageaient leur repas dans des restaurants. Une aubaine pour les restaurateurs qui profitaient de cette publicité gratuite. Près de 200 millions d’utilisateurs d’Instagram ont utilisé ce hashtag
Pas besoin de mettre d’argent, les clients prenaient des photos de leurs assiettes et les postaient sur les réseaux sociaux.

Mais ce n’est pas que ça. 

C’est aussi une technique en photo pour mettre en valeur des plats de fastfoods/restaurants.
Un des plus grands exemples McDo. Lorsqu’on voit une photo de burger ou une publicité, tout fait envie. Aucun des éléments représentés n’est réel. Il s’agit de mise en scène pour donner une certaine impression et faire envie.

L’objectif de ce type de publicité est de donner faim et envie de consommer un burger. C’est ce qui permet d’augmenter le nombre de ventes.
Il en est de même pour les desserts, boissons et accompagnements. Tout est mis en valeur.

Et comment ça marche le foodporn?

Tout se passe lors de la séance photo ou de la réalisation de la publicité.
Pour une pizza par exemple, on va cuire chaque élément séparément en premier lieu.
Ensuite, vient l’assemblage. On commence par mettre la pâte bien cuite sur un plat qui rend bien à l’image. Par la suite, on met la sauce tomate et le fromage.
Dès que la première partie est en place, la garniture est ajoutée au fur et à mesure. Chaque élément est placé stratégiquement pour donner une impression de volume. On ajoute même des éléments qui servent à combler le manque. Par exemple, positionner le jambon avec du fromage en dessous pour lui donner une autre forme.
L’idée est de créer une pizza qui donne envie.

Il en est de même pour d’autres plats. L’idée est de les rendre attirants.
Malgré le besoin de réalisme aujourd’hui, la perfection et la beauté sont toujours ce qui fait vendre le plus en publicité.
Ces détails ne viennent pas seuls bien sûr. Il y a aussi la composition du plat et la localisation des ingrédients qui entrent en ligne de compte. Dans certaines publicités TV, les marques insistent bien sur le côté local de la cuisine, de ses ingrédients.

Comment on peut faire pour réaliser de belles photos ?

Professional camera on a blurred background with a laptop. The concept of working with photos and videos.

Tout commence dans l’assiette. C’est l’aspect le plus important du travail.

  • Il faut éviter de prendre une photo de la marmite ou d’une poêle (sauf, exception).
  • Utiliser des assiettes avec des volumes, creuses, bombées…
  • S’inspirer de la gastronomie pour faire de belles présentations.
  • Attention à ne pas plagier de contenu trouvé sur le web.
  • Utiliser un appareil qui fait des photos avec une bonne qualité (smartphone, appareil photo…)
  • Jouer avec les lumières naturelles et artificielles. Pour les petits budgets, vous pouvez prendre des bougies, des lampes… Sinon, une ring-light ou un parapluie de lumière est très bien.
  • Prendre des photos avec un fond blanc ou uni pour apporter une touche simple à la photo.
  • utiliser les ombres pour créer des effets de lumière sur la photo.

Il existe une multitude de compositions possible. La meilleure source d’inspiration, internet.
Et pour toucher le plus de monde, rien de tel que de partager ses jolis clichés sur les réseaux sociaux. Facebook, Instagram, Twitter ou LinkedIn, il suffit d’une photo et tout peut commencer.
C’est une excellente technique pour augmenter la notoriété d’un restaurant.

Alors, foodporn ou pas ?! Perso, j’achète, enfin avec modération !

favicon
Recommended Reads
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.